Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 07 février 2017

Les moeurs de certains politiques ont-elles vraiment changé dans le fond en France ?

20:10 Publié dans Politique | Tags : gabin, europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

lundi, 06 février 2017

Quand les nouvelles technologies lèvent un tabou grâce aux nouvelles connaissances.

Attention levée de tabou par la connaissance :

Ca qu'on ne vous a jamais dit ! Cela va vous choquer ! Mais c'est une chose que tout le monde devrait savoir !

Une chose à ne pas oublier ... avec un dessin

2118727335.png

14:53 Publié dans Politique | Tags : bankster | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Le muslim ban de Trump

Un candidat aux élections présidentielles qui fait ce qu'il a dit choque beaucoup de Français.

Le "Business as usual." trouve sa plus pure expression avec les décrets que vient de prendre Trump.
Les contre pouvoirs vont se mettre en place. Ce qui va surprendre les Français est le fait que le premier contre-pouvoir est la le ministère de la Justice et que le second va être le propre parti de Trumps, parti qui a la majorité des deux chambre du Congrès.

Mais dans cet épisode, une chose est troublante. La décision de Trump est choquante. Qu'ils bannissent les ressortissants des pays dont des citoyens ont participé au 11 septembre, cela pourrait se comprendre.

En revanche, les pays dont des citoyens ont participé à des actes terroristes ne sont pas sanctionnés. Pourquoi ? Il est troublant de voir dans ce tableau conçu par un professeur américain que Trump ne sanctionne pas les pays dans lesquels il a des intérêts financiers alors que tous ont eu des nationaux qui ont participé à des actiosn terroristes. "Business as usual !". "Elémentaire mon cher Wtson !.

Vous avez dit conflit d'intérêts ?

Trump - Muslim Ban.PNG

14:48 Publié dans Politique | Tags : trump, ban, muslim | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Quel est le fond de "l'affaire Canard Enchainé-Fillon"

N. Sarkozy à propos de F. Fillon : "Erreur de communication."

La com, la com, il n'y a plus que cela. La forme d'accord mais le fond ?

Pour vous faire idée des faits, j'ai rassemblé les pages du Canard Enchaîné qui exposent les faits sans  avoir été contredit par F. Fillon à cette date du 6 février 2017.

Où on voit à combien F. Fillon évalue les activités de la mère au foyer.

Et on comprend aussi pourquoi il ne veut pas du revenu universel, vu le montant qu'il a accordé à son épouse !

"Les députés disposent en outre d’un crédit affecté à la rémunération de collaborateurs. Calculé en principe pour trois collaborateurs, il peut toutefois, au gré du député, être versé au profit d’un nombre de personnes variant de un à cinq. Le député a la qualité d’employeur : il recrute, licencie, fixe les conditions de travail et le salaire de son personnel.

Le crédit ouvert pour chaque député est revalorisé comme les traitements de la fonction publique. Au 1er juillet 2016, le montant mensuel du crédit est de 9 561 €."

Avant de vous donner le lien du dossier, quelques informations dans d'autres mondes :

Au parlement européen, il est interdit d'avoir un proche comme assistant parlementaire.

Voyons le cas des gens du Nord qui ont le plus fort indice de bonheur au monde ! Un monde que les parlementaires français rejettent.

Eva Joly, parlementaire norvégienne, a dû rembourser une facture de taxis car elle aurait dû prendre les transports en commun. Comment cela a-t-il pu se faire ? Tout citoyen norvégien a accès aux frais engagés par un député. En France, cela n'est pas possible car il n'est pas demandé au député d'établir une note de frais mensuelle justifiant l'utilisation de l'indemnité représentative de frais de mandat [IRFM] de 5800 euros.

En Suède, Mona Sahlin, ministre du travail en Suède, a acheté deux Toblerones, confiserie en chocolat avec sa carte de crédit professionnelle. Devinez quoi ? des personnes l'on su et elle a dû démissionner. Transparence ?!

Toujours en Suède, deux ministres ont dû démissionner. L'une n'avait pas payé sa redevance télé et l'autre a employé une nounou au noir.

Au Danemark, un maire a été condamné à 6 mois de prison avec sursis pour avoir encaissé une fausse facture de 6700 euros.

On comprend pourquoi les gens du Nord ont un fort indice de bonheur. Ils ont mis en place un mode de gouvernement qui aboutit à la confiance des citoyens dans leurs élus.

Inutile de dire que ces broutilles font ricaner nos parlementaires.

Dossier du canard enchaîné : canard fillon.pdf

11:52 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

mardi, 12 mai 2015

Le grand paris à St Quentin enYvelines

Vous voulez en savoir plus :

allez sur ce site : http://www.societedugrandparis.fr/

Nous sommes principalement concernés par la ligne 18.

Deux réunions publiques à St Quentin en Yvelines :

- À Guyancourt, le 27 mai à 19 h 30, au Pavillon Waldeck-Rousseau, rue Jacques-Ange-Gabriel, 
- à Magny-les-Hameaux : le 11 juin à 20 h, salle du conseil municipal.

 

Fête des voisins - le vendredi 29 mai 2015 Montigny78

Vous voulez créer un moment de convivialité dans votre résidence. Profitez de cette manifestation européenne pour quitter le métro-boulot-dodo et mieux connaître vos voisins.

Téléphonez au 01 3930 3134 pour obtenir du matériel festif : documents, tracts, affiches, ballons, tee-shirts, etc. qui sera à retirer à l'hotel de ville les

  • mardis 12, 19 et 26 mai de 9h à 12h et 14h à 20 h
  • mercredis 13, 20 et 27 mai de 14h à 20h.

Si vous avez besoin de mesures de sécurité, écrire à democratielocale@montigny78.fr

10:46 Publié dans Vie locale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

vendredi, 03 avril 2015

Un marché bio à Montigny78

Voici un message de Marie Toussaint qui nous informe de ce marché :

Bonjour à tous,

 

J’ai le plaisir de vous informer que le marché dominical de la Sourderie, place Jacques Cœur, autour de l’artisanal et du bio est relancé sous l’impulsion de ma collègue Ketchanh Abhay, Adjointe au Maire déléguée aux Affaires Économiques, aux Affaires Générales, à la Vie Étudiante et aux Marchés Forains, et de son service.

 

Nous vous donnons rendez-vous le dimanche 12 avril à partir de 8h30 afin de découvrir ce nouveau marché. N’hésitez pas à en parler autour de vous afin que cette première soit un succès.

 

Vous trouverez, à cet effet, l’affiche en pièce jointe. Si vous souhaitez des flyers pour communiquer cette information autour de vous, vous pouvez prendre contact avec Catherine Soyez, responsable du service Montigny Initiative Emploi, par mail à l’adresse mie@montigny78.fr ou par téléphone au 01 39 30 30 91.

 

Je vous informe également que le Conseil de Quartier de la Sourderie vous accueillera autour d’un café de bienvenue jusqu’à 11h.

 

Dans l’attente de vous rencontrer, je vous souhaite un excellent week-end.

 

Bien cordialement,

 

Marie TOUSSAINT

Conseillère municipale

Déléguée à la démocratie locale

et à l’évènementiel

Mairie de Montigny-le-Bretonneux

dimanche, 22 mars 2015

Cet homme sauve des millions de vie grâce à son invention.

Un petit documentaire très instructif. Près de 800 millions d'habitants n'ont pas accès à l'eau potable Pour 2 centimes d'euros par litre, certains peuvent transformer une eau insalubre en eau potable grâce à l'invention de l'anglais Michael Pritchard.

http://www.universcience.tv/video-la-bouteille-qui-sauve-des-vies-7029.html

Une petite histoire pour comprendre la finance néolibérale et les risques systémiques

Après la crise des subprimes, des banques ont disparu et les survivantes sont moins nombreuses et plus grandes, encore plus "too big to fail" (trop grandes pour les laisser faire faillite). Les risques systémiques sont toujours présents malgré les "avancées" dans le contrôle des banques.

Voici l'histoire :

Marcel est propriétaire d'un bistrot.


Il réalise soudain que tous ses clients sont des alcoolos qui n'ont pas de boulot et ne peuvent donc plus fréquenter son comptoir, car ils ont vite dilapidé leur RSA.


Il imagine alors un plan marketing astucieux: "Picole aujourd'hui, paie plus tard". Il tient rigoureusement à jour son ardoise de crédits, ce qui équivaut donc à consentir un prêt à ses clients.


Chiffre d'affaires et bénéfices explosent et son bistrot devient vite, sur le papier, le plus rentable de la capitale.
Les brasseurs et grossistes se frottent les mains, et allongent bien volontiers les délais de paiement.
Les clients de Marcel s'endettant chaque jour davantage acceptent sans rechigner des augmentations régulières du prix du godet, gonflant ainsi (toujours sur papier) les marges du bistrot.

Le jeune et dynamique représentant de la banque de Marcel, se rendant compte que ce tas de créances constitue en fait des contrats à terme (Futures : revenus à terme) et donc un actif, propose des crédits à Marcel avec les créances qu'il a vis-a-vis de sen clients en garantie. Sa trouvaille géniale vaut au banquier visionnaire un plantureux bonus.

Au siège de la banque, un trader imagine alors un moyen pour se faire de belles commissions : il convertit les dettes en PICOLOBLIGATIONS. Les Picolobligations sont alors "titrisées" (converties en paquets de titres négociables) afin d'être vendues sur le marché à terme.

Confiants à l'égard de leur banquier et avides de hauts rendements, les clients ne captent pas que ces titres qui leur sont fourgués comme "obligations AAA", ne sont en fait que les créances bidons d'alcoolos feignasses.
Les Picolobligations deviennent la star des marchés, on se les arrache et leur valeur crève tous les plafonds.

Un beau matin, un "risk manager" oublié dans les caves de la banque se réveille et signale qu'il est temps de demander à Marcel que ses clients règlent leur ardoise.

Marcel essaie, mais ses clients ne bossant pas..., bernique !La banque exige alors le remboursement du crédit et le bistrot fait logiquement faillite, vire ses employés entrainant la faillite de ses fournisseurs en bibine qui, à leur tour, virent également leurs employés.

Le cours des Picolobligations chute brutalement de 90%. La dépréciation de cet actif vaporise les actifs et donc les liquidités de la banque. Problème : sa banqueroute ruinerait trop d'électeurs ("too big to fail" qu'on dit).


La banque est donc renflouée par l’État.
Ce renflouement est financé par de nouvelles taxes prélevées chez des employés, les classes moyennes et un tas de gens qui bossent, ne picolent pas, qui n'ont jamais mis les pieds dans le bistrot du Marcel...C’est pourtant pas difficile à comprendre l’économie, non ?